This is Photoshop's version of Lorem Ipsn gravida nibh vel velit auctor aliquet.Aenean sollicitudin, lorem quis bibendum auci elit consequat ipsutis sem nibh id elit. quis bibendum auci elit.

Instagram feed

+ 01145928421 SUPPORT@ELATED-THEMES.COM

Des plantes sur sa palette

AccueilPresseDes plantes sur sa palette

A la manière d’un peintre qui structure sa toile, Brigitte DEMATTEIS joue avec les couleurs et les volumes pour sublimer les jardins.  Des oeuvres végétales nées d’une créativité débordante, qui signe le travail de cette paysagiste Grassoise.

“La créativité ne s’apprend pas “.  Brigitte DEMATTEIS n’a pas suivi de formation en architecture paysagère. Et, loin d’être complexée, elle en est fière. C’est une question de caractère, qu’elle a bien trempé. Mais aussi de résultat. En vingt cinq années de métiers, ses jardins parlent pour elle.

Il  y en a plus de cent, auxquels elle a donné naissance tout le long de la Côte d’Azur, entre Var et Alpes Maritimes.  Certains sont situés dans les environs de Grasse, où sont bureau d’études est installé. C’est là que l’aventure a commencé.

J’ai vécu  mon enfance entre Villefranche sur Mer et Cabris où je réside depuis  toujours. Mon oeil s’est imprégné des jeux d’ombre et de lumière qui font font de ces territoires méditerranéens , d’immenses  fresques dessinées par la nature et l’homme. Cette nature est une ‘intarissable source d’inspiration, que le projet soit titanesque ou plus modeste. Le plus petit jardin que j’ai réalisé ne mesure que 4m250. Ce sont les abords de la pharmacie de mon village, Cabris.  Le plus grand a été aménagé à Grimaud, dans le Var, surplombant la baie de St Tropez. Dans tous les cas, Brigitte DEMATTEIS procède à la manière d’un peintre. ” Créer un paysage, c’est de l’art, de l’art vivant. Il y a des impératifs de volume à suivre, un nombre d’or à respecter, des couleurs à associer …” La palette de l’artiste est alors végétale, riche d’espèces et de variétés qui ont chacune leur texture, leur teinte, leur sagesse graphique ou leur exubérance.

“L’important est que le jardin conserve son esthétisme toute l’année. Il change au cours des saison et des floraisons, …et même d’une heure à l’autre avec l’influence du soleil, mais il doit garder sa Beauté”.  Pour répondre à cet impératif, la designer a sa méthode. “Je me rends chez le client pour écouter et comprendre ses désirs. Je prends alors des photos des lieux, dont il convient généralement de conserver la structure naturelle.”

De retour dans son bureau, elle s’installe devant son ordinateur et travaille non pas sur l’atout majeur du site qui lui a été confié mais sur son défaut. “Il faut s’appuyer dessus et trouver des méthodes d’agencement qui vont rendre le lieu unique”.

Avant de lancer les travaux, Brigitte DEMATTEIS propose toujours plusieurs avant-projets? qui ne sont autres que des photomontages représentant aux propriétaires différentes options d’aménagement. ” L’utilisation de la photo permet au client, de voir à quoi ressemblera son jardin. Elle est plus réaliste et plus efficace que le dessin “. Disposant d’une colossale banque d’images, constituée de tous types de végétaux, revêtements de sol, murs en pierre etc…La paysagiste grassoise est la seule en France à proposer ce service qui précède la production d’un plan de masse, travaillé à la main. “Le plan de masse est le document technique destiné aux professionnels qui assureront le chantier. Le client est libre de choisir ses entreprises ou de me faire confiance pour un jardin clés en mains”. Brigitte DEMATTEIS a en effet son réseau d’intervenants, mais c’est elle qui suit la métamorphose du jardin. “Je positionne moi-même les plantes” insiste-elle, comme pour ponctuer un processus créatif auquel elle a déjà consacré deux livres. Le dernier, publié en 2015, est préfacé par Alain Baraton, responsable du parc du chateau de Versailles. Un grand nom autant séduit par la paysagiste que par l’artiste. Au point d’écrire : “ Je suis convaincu que le lecteur qui aura connu le bonheur de la rencontrer sera tenté, comme pour le Petit Prince, de lui  demander de dessiner, non pas un mouton mais un jardin “.